Cliquez ci-dessus pour revenir à la page d'accueil

Quartier de la
Porte Saint-Denis

Lieux connus et oubliés & célébrités du quartier
On y dansait, on y chantait, on y jouait, on se grisait dans les cafés ou les guinguettes, il baignait comme une atmosphère populaire.
Peinture de Jean Béraud, ci-contre

Page précédente

Page suivante

Les Faubourgs du Temple, Saint-Martin et Saint-Denis et l'axe des Grands Boulevards de la place de la République, en passant par le boulevard Bonne-Nouvelle jusqu'au faubourg de Montmartre, connurent du début du monde contemporain (1789) jusqu'à l'enclenchement de la seconde guerre mondiale (1939) une fièvre particulière, celle de la fête et du spectacle vivant avant l'arrivée du cinématographe comme nouvel art ou distraction populaire.
 


Si un film peut illustrer au mieux l'ambiance populaire des faubourgs du nord-est parisien au début du XIX° siècle (un peu avant 1830), nous vous conseillons de voir ou revoir absolument le film Les Enfants du paradis de Marcel Carné. Des fresques en image et en studio du "boulevard du Crime", alias le boulevard du Temple (3ème arrondissement), nommer ainsi en raison de pièces de théâtre qui mettaient en scène des affaires criminelles (ci-dessus la présentation du film). Le dernier théâtre du boulevard du Temple de cette époque ayant perduré est le Dejazet à proximité de la place de la République. Et la configuration urbaine de cet axe s'est beaucoup transformée lors des travaux haussmanniens, lui donnant son visage actuel.
 
Photo des Grands Boulevards et voitures à cheval, au fond la porte St-Denis,
les premiers omnibus ou transports en commun étaient à cheval et datent de 1830


Les faubourgs et une partie des Grands Boulevards depuis la place de la République représentaient dans l'esprit des pudibonds bourgeois des lieux de débauche, pour d'autres d'encanaillement, pour la police des lieux de complots où fourmillaient les dangereux "rouges" ou agitateurs révolutionnaires. Mais aussi une activité importante qui ne se limitait aux seules activités festives, le jour sa nature industrieuse et commerciale en faisait un des poumons économiques de la capitale. Plus à l'ouest par exemple, la presse écrite s'y développa. L'axe ou perspective de la place de la Bastille à l'Opéra offre par ailleurs une histoire culturelle, intellectuelle, littéraire, et politique qu'il n'est pas possible ici de synthétiser. Nous, nous limiterons au quartier de la Porte Saint-Denis et à en décrire ses principales notoriétés : lieux et personnages célèbres.
 
 Les cafés concerts ou caf'conc' : le café en chantant et pas de danse
 
Si l'estaminet, plus propre au Nord de la France ou la guingette, voire l'auberge, le troquet ou bistrot (*), ces cafés de la capitale d'autrefois pouvaient aussi accueillir des moments récréatifs, des tréteaux ou sur une table d'arrière-salle, l'échoppe se transformait pour une soirée en cabaret pour chanter les airs à la mode. Bal, café-chantant ou goguette, café-théâtre puis café-concert ou cabaret, puis music-hall, ces différentes appelations désignaient des espaces de spectacle, plus ou moins grands, privés ou publics, pour certains en extérieur à même le pavé ou la chaussée pour les bals populaires.



Bal du 14 juillet en 1923 dans le faubourg St-Denis (crédit Bnf)


Dans le quartier de la Porte Saint-Denis, la première apparition d'un lieu autorisé, c'est-à-dire dédié à la danse et à la musique se fit avec les "bals du bois de Boulogne", cette voie de circulation portait cette dénomination à la fin du XVIII° siècle (1785) à l'emplacement du passage du Prado actuel, et s'y tenait une salle de danse. Il exista aussi en son sein un hôtel de Boulogne, ce même passage a été réaménagé dans un style art-déco en 1930 et changea de nom, il a repris l'appellation du musée madrilain du Prado (à ne pas confondre avec une rue qui se trouvait sur l'île de la Cité).

Longtemps les bals ont été un objet de cour réservés à l'aristocratie, il se popularisèrent par l'ouverture de bals publics à partir de la régence du duc Philippe d'Orléans, avec la Révolution des nouveaux rythmes firent leur apparition, des cadences plus saccadées avec une influence des marches militaires. Au XIX° siècle se fit la distinction entre musiques savantes et populaires, la chanson si prisée depuis des lustres passait au registre d'un art mineur, trop marquée par la goualante des faubourgs.

Le café-chantant a été simplement l'ancêtre du café-concert, qui se vit à son tour remplacé par un anglicisme avec le music-hall dans les années 1920. Le terme cabaret recoupe a peu près tous les apects d'un genre plutôt éclectique où pouvait se mélanger diverses formes de prestations artistiques, et à diverses heures du jour ou de la nuit. Si certains propriétaires firent fortune, d'autres y laissèrent leurs dernières économies. La concurrence fut rude et il fallait faire grand ou savoir attirer un public volatile avec les vedettes du moment, ou avec des artistes inconnus pour quelques francs, pas toujours versés.

Ces epaces improvisés ou dans des locaux en durs ont fait les beaux jours du Paris au commencement du XIX° siècle avec les bals et cafés chantants, et "goguettes" si chères au chansonnier Béranger comme premières formes de divertissements. Le café-concert prenait son envol cinquante ans après, son apogée se situa de 1880 à 1900 sous la troisième République. Les autorités jusqu'en 1906 interdisirent 6000 chansons jugéés trop attentatoire aux bonnes moeurs ou à la morale publique.

Plusieurs quartiers de la rive droite de la capitale, des Champs Elysées, en passant par la place Clichy, Montmartre, Belleville et Ménilmuche et le long des Grands Boulevards, etc. allaient vivre une effervescence particulière. A l'échelle de Paris et selon André Chadourne, il existait  sous la troisième République, à ses débuts, une cinquantaine de concerts chaque jour dans la capitale. Ce qui reflètait les chiffres officiels, pas obligatoirement la réalité d'un phénomène d'ampleur. Faut-il préciser que les salles de spectacle devaient être déclarées en bonne et due forme. Un vrai phénomène social et un peu trop hors des normes convenues, sortes d'espaces de décompression des masses populaires, mais néanmoins surveillés et facteurs de scandales réguliers.



Premier café-chantant établi sur les champs-Elysées (crédit Bnf)

Selon Anatole France dans une chronique parue dans Le Temps : « De loin, les Ambassadeurs, l'Horloge et l'Alcazar apparaissent comme des palais enchantés. Ces guirlandes lumineuses formées de globes d'opale, ces portes de feu d'une architecture féerique, ces grands arbres auxquels la clarté du gaz donne l'éclat précieux de l'émeraude et qui semblent baignés dans une atmosphère magique ces robes claires, ces bras et ces épaules nus, aperçus à travers des massifs de fusains, dans un salon mauresque, c'est le palais d'Armide sous la fraicheur du soir. Quel charme pour les esprits incultes Quel rafraîchissement de l'âme et du corps Quel bain de volupté pour un commis qui sort de son magasin, pour un clerc d'avoué ou pour un employé de ministère ». in Les cafés-concerts d'André Chadourne (1889).

Les cafés-concerts ont connu d'importants succès publics dans la seconde moitié du XIX° siècle, ils recouvraient presque toute l'étendue de la chanson populaire ou "gouailleuse", ainsi que des animations burlesques, voire de la pantomine, et ils servaient par ailleurs de débits de boisson et de tabac. En bref, ce qui pouvait attirer le badaud et sans avoir à payer une entrée, le prix de la boisson servait à faire tourner la boutique. La clef de cette économie fleurissante, et un développemnent qui permettait de payer des artistes d'un soir, pour les plus en vogue avec des petits contrat au mois, d'autres allaient connaître des succès considérables parce que promotteurs d'un style, ou des interprètres de renoms qui gardent encore aujourd'hui quelques registres connus ou restent des airs assez familliers. Pierre-Jean Béranger, plus tard Aristide Bruant ont été les deux grandes figures illustrantes des chansonniers parisiens.

Certaines formes artistiques allaient peu à peu tomber en désuétude, aux rythmes des changements qui   se succédèrent, et les établissements sous l'enseigne des cafés-concerts avant la seconde guerre mondiale allaient pour beaucoup disparaître ou changer de fonctions. Les salles de cinéma entre autres remplacèrent de nombreux lieux festifs, une page se tournait. Et dans les quartiers à proximité des gares, les quartiers St-Martin et St-Denis allaient connaître une certaine baisse d'activité, les arts du spectacle vivant et de la vie parisienne se dérouler sur les nouveaux rythmes musicaux en rive gauche après 1945 et le terme de music-hall dominé les anciens vocables, quelques temps...

(*) Le mot argotique de bistrot a fait son apparition après l'échec de Napoléon Ier en Russie en 1812, l'on prête à ce terme l'idée des commandes des soldats français pour répondre à leurs "soifs" pendant la campagne militaire, "bystro" veut dire rapide en Russe.


LES CAFÉS CHANTANTS

« Nous ne pouvons nous dispenser de donner ici quelques renseignements sur les cafés chantants, qui représentent dans une sphère particulière l'emploi d'une soirée, ne fut-ce qu'au point de vue de la simple curiosité et comme contraste avec d'autres distractions d'un ordre plus élevé.


L'étranger qui ignore Paris a bien raison de tenir à tout voir et tout savoir et de ne rien négliger. C'est souvent dans les sphères les plus humbles que l'on trouve les sujets d'observation les plus saisissants et les plus neufs, Il est donc bon de voir au moins une fois ces établissements lyriques, qui se sont multipliés en très grand nombre depuis quelque temps, et représentent peut-être un commencement d'initiation de la multitude au sentiment et au goût de la musique.


On lit dans le volume très curieux intitulé Histoire des Spectacles de la Foire, pour faire suite à l'Histoire du Théâtre-Français, par les frères Parfait, publiée il y a plus de cent ans par un anonyme, qu'un sieur D... avait imaginé d'ouvrir un café dans lequel ou représentait des parades, des scènes dialoguées dans le genre grivois. Le prix des consommations représentait le prix des places du spectacle, dont on se trouvait jouir sans rétribution.

Le malheur voulut que quelqu'un trouva un jour, dans une tassé de café qu'on lui servit, un bout de chandelle. Cet événement causa beaucoup d'émoi dans l'assistance; on cria, on menaça, on faillit faire un mauvais parti au chef de l'établissement et on surnomma désormais son café théâtre le café des bouts de chandelles. (…)

« Il y a de plus une foule de cafés-chantants disséminés dans divers quartiers de Paris, au Palais Royal, à la porte Saint-Denis, au boulevard du Temple, rue Montmartre, etc. On ne peut nier que ces établissements, qui sont sans doute un progrès sur le café de pure consommation, ne puissent avoir de bons résultats pour la classe en général assez peu musicale qui fréquente les cafés et les estaminets. Mieux vaut, après tout, entendre un morceau de chant, si médiocre qu'il soit, que le bruit exclusif du domino ou le cri du garçon.

Quelques-uns de ces cafés ont de simples estrades sur lesquelles se placent les artistes qui n'ont d'autres ressources, après avoir chanté leur air, que d'aller se mêler à la foule des consommateurs de bière et de grog, ce qui produit assez peu d'illusion, surtout pour les morceaux de haut sentiment qui visent a la passion et au pathétique. Les cafés chantants d'un ordre supérieur ont des théâtres entièrement séparés du public. Le piano, toujours si fade et si monotone à la longue, est remplacé par un orchestre suffisant et qui s'étend jusqu'au piston inclusivement.

Le grand problème à résoudre pour ces sortes d'établissements doit être d'offrir à leur public des consommations honnêtes et qui ne soient pas, comme il n'arrive que trop souvent, de véritables empoisonnements déguisés. C'est à cela surtout que les cafés chantants devront de voir leur niveau s'élever : ils cesseront aussi d'être l'apanage presque exclusif de la classe un peu mêlée et confuse, il faut bien le reconnaître, qui les a fréquentés jusqu'à présent.

Source : Gallica-Bnf - Guide dans les théâtres,
Editeurs Paulin et Le Chevalier, pages 188, 193 et 194 (1855)



Le Concert du Cheval Blanc & Concert de La Scala


Au 13 du boulevard de Strasbourg existait à l'origine une auberge dite du Cheval blanc, puis elle devint une salle de spectacle sur le boulevard, sous le nom de Concert du Cheval-Blanc en 1857. Avant sa réouverture en 1874, le lieu était détruit par la propriétaire des bals de l'Elysée Montmartre et laissa place à une salle de plus de 300 mètres carrés et une jauge de 1400 spectateurs. Devant les réussites de l'Eldorado, presque en face sur le boulevard de Strasbourg et au sein du quartier voisin de St-Martin, le Cheval-Blanc changeait de nom en 1876 et se vit baptiser La Scala, comme l'opéra de Milan avec la même espérance de réussite. Et allait devenir la salle de spectacle la plus en vue dans son domaine et connue à l'internationnal comme sa rivale.

La Scala parisienne était consacrée à l'opérette, au tour de chant et fut le concurrent de l'Eldorado. Le café-concert récupèra ainsi ses vedettes, de nombreux talents s'y produisirent comme : Fragson, Paulus, Eloi Ouvrard, Yvette Guilbert, Polin, Félix Mayol, Fréhel, Mistinguett, Georgius, Dranem et Damia. Par après, il fut un temps un théâtre consacré aux vaudevilles de Feydeau avec des actrices comme Marie Dubas et Pauline Carton sur les planches, et il retrouva en 1934 une dernière fois son éclat d'antan avec le tour de chant de Damia. En 1936, sa vocation première prenait fin et le lieu était réaménagé en salle de cinéma (1200 spectateurs) avec une décoration art-déco. Il deviendra par la suite un cinéma porno multiplexe dans les années 1970.


Ci-contre : Affiche de 1891 des représentations de Jules Mévisto par Maximilien Luce.

Le Concert Parisien & le Concert Mayol
Cet espace resta en activité plusieurs décennies. Le Concert Parisien puis le concert Mayol, et l'entrée se situait au 10, rue de l'échiquier. Le lieu ouvrit ses portes à la fin du XIX° siècle.

Ce fut là, entre autres, qu'Yvette Guilbert se produisit, comme bien d'autres artistes "au plus offrant des caf'conc", et elle y conduisit une revue qui fit "sa gloire et celle des peintres qui la croquèrent".

D'autres figures de l'époque comme Dranem, Paulus, Valentin Sardou, Maurice Chevalier et Raimu y firent leurs premières prestations sous une des deux enseignes.



A son origine : « Le Concert Parisien, dans le faubourg Saint-Denis, est long, étranglé. De là, difficulté de circuler et de voir. De plus, l'assistance y offre de nombreux contrastes. Tandis que, dans les baignoires se pavanent et s'agitent plus qu'ailleurs dandys et cocottes, le fond de la salle et les galeries supérieures regorgent d'une population gouailleuse de commis et d'ouvriers ». In Les cafés-concerts d'André Chadourne, éditeur E. Dentu, 1889 (source Gallica-Bnf).


En 1909, Félix Mayol (1872-1941) rachetait l'établissement après s'être produit régulièrement sur la scène du Concert Parisien et mettait l'établissement à son nom déjà célèbre. Le nouveau patron fit ouvrir l'acceuil du public dans la rue de l'Echiquier, il aménagea l'entrée des artistes dans l'immeuble adjacent. Dans la partie haute de la porte cochère, Mayol fit surplombé deux anges, comme clin d'œil à son passé religieux (ancienne Maison ou second couvent des Filles-Dieu). Seuls les angelots étaient restés visibles comme traces d'un immeuble rénové, à l'extérieur incertain ou virant au grisâtre, et le portrait coloré de Mayol n'est plus présent. Lire sur cette même page un portrait de Félix Mayol.

Les revues à grand spectacle s'y succèdèrent sous la houlette de divers directeurs comme Henri Varna. Des grands noms du spectacle et du chant s'y produisirent : Marie Dubas, Lucienne Boyer, Fernandel, Tino Rossi, etc. Il redevint par la suite de nouveau un music-hall, mais d'un style dit "osé" dans les années d'après-guerre l'établissement se consacra au nu dit esthétique. Le Concert Mayol a fini en magasin d'alimentation en libre-service à la fin du XX° siècle.

 Le café-concert de l'Alacazar d'hiver

Il se situait au 10, rue du faubourg Poissonnière, sur la partie de trottoir du côté 10ème arrondisemment, de l'autre côté nous sommes dans le 9ème, où se tenaient au début de la rue en partant des grands-boulevards le journal Le Matin du 2 au 6 du faubourg (disparu en 1944), puis le quotidien l'Humanité, qui a déménagé depuis.

Un site retrace sur une Carte interactive les différents cafés-concerts et lieux chantant de la capitale, ainsi que des biographies résumées, ce qui a permis de combler en la matière quelques difficultés à trouver des sources, sur un sujet qui conserve encore quelques émanations de souffre... trop populeux pour être digne d'attentions.


Ce café-concert fut « chronologiquement le deuxième grand café-concert (après l'Eldorado) l'Alcazar d'abord connu sous le nom d'Alcazar Lyrique a été construit sur les plans du même architecte en 1860. Sa réputation de grand café-concert venait deux ans plus tard quand la veuve de son propriétaire, le chanteur Joseph Mayer, le vendit à Louis Cécile Goubert dit Arsène Goubert qui découvrit, à un réveillon de Noël, le véritable talent de Thérésa (ou de son vrai  nom, Emma Valladon, 1837-1913). Dès lors, le nom changea en Alcazar d'Hiver par opposition à l'Alcazar d'Été du même directeur (l'établissement se situait aux Champs Elysées). Thérésa y resta, une première fois, jusqu'en 1867. Fermé de 1870 à 1871, il n'a guère connu le succès que lui promettait Chadourne après le départ définitif de la chanteuse».


Emma Valladon (ci-contre) a laissé des Mémoires sur sa carrière artistique. Dès l'âge de 3 ans, elle était déjà un petit pinçon ou moineau parisien, à 7 ans elle connaissait de nombreuses chansons et faisait la joie de son entourage familial et plus. Une vocation qui lui fit vivre les bas, puis les hauts d'une vie d'artiste. Elle est née rue de Bondy dans le 10ème arrondissement (aujourd'hui, rue René Boulanger). Dans ses mémoires elle raconte comment elle a fini par remporter un succés d'estime avec la rencontre avec Goubert, grâce à ce nouvel engagement, la relation avec l'ancien patron Mayer l'a poussa cependant à partir un temps à Lyon, ces premières années ne furent pas simples avant de devenir un célébrité, pour beaucoup oubliée, et qui grimpa au sommet de la gloire.

Dans ses adieux, le dernier chapitre de ses mémoires elle apporte un éclairage sur la vie d'artiste et de célébrité :
« Comme tout le monde, comme tous ceux qui liront ces Mémoires et ceux qui ne les liront pas, j’ai cru que la vie d’artiste n’était qu’une série de plaisirs continus et de vanités satisfaites. Bien que je n’aie pas eu la prétention de vous instruire, et que je n’ose vous demander si je vous ai amusés, ce livre aura du moins ce résultat que vous saurez, après l’avoir parcouru, ce qu’il en coûte de travaux, de luttes et de déboires pour arriver en haut de ce mât de Cocagne qu’on appelle la réputation».

« En 1890, L'Alcazar d'hiver fermait ses portes pour rouvrir sous le nom de Théâtre Moderne, puis rouvrir à nouveau en 1893 sous le nom d'Alcazar... pour changer de nom et encore de destination en 1896 (Petit Théâtre Français) et, enfin, fermer définitivement ses portes la même année. Sa façade est restée en place jusqu'en 1902, année où elle a été démolie pour laisser place à des bureaux. Pendant sa grande période, outre Thérésa, sont monteé(e)s sur ses planches : Suzanne Lagier, le bossu Gustave Chaillier, Marie Bosc et Kadoudja, Joséphine Chrétienno, Jeanne Bloch, Éléonore Bonnaire, Plessis, Sulbac, Louis Maurel, Paula Brébion, Marie Lafourcade, Henriette Bépoix, Anna Thibaud et de nombreux autres chanteurs et artistes dont la Goulue (avant son départ pour le Moulin Rouge) et la "pierreuse" Eugénie Buffet. Et peu avant sa fermeture, sous la brève direction de Fernand Kelm, en 1895, Reschal et Charlus venaient y faire leurs numéros».

Source : le site, Du Temps des Cerises aux Feuilles mortes (.net)

Le Concert de la Ville Japonaise & le Pilori de Montéhus

D'une brève existence, ce caf'conc' se situait au 17, boulevard de Strasbourg, il
ouvrit ses portes en 1893 sous cette appellation avec à sa tête Maxime Lisbonne, le lieu fut repris en 1907 par Gaston Montéhus, puis il est devenu un cinéma Le Bourdon en 1911, puis en 1912 se nomma le Paris-Ciné, renommé depuis 2001 L'Archipel, le lieu est consacré aux arts vivants et au cinéma.

« A l’entrée, grande porte japonaise. La salle est divisée en deux parties égales par une demi-cloison. Dans la première, limitée par une petite scène, on entend des chansons drôles, et dans la seconde, où tout profane peut pénétrer, on a le loisir de causer de très près avec les divettes. On est dans les coulisses, cela dure jusqu’à onze heures. Alors s’ouvre au sous-sol, jusqu’à deux heures du matin, Le Caveau, dont la large salle est ornée de magots japonais et où des chansonniers de Montmartre et d’ailleurs se font entendre dans des chansons plus ou moins rosses ».
In Le Guide des plaisirs de 1900.


Le Concert de la Ville Japonaise a été décrié par Maurice Chevalier du haut de ses 14 ans, en 1902, comme un lieu avec de vieux monsieurs vicieux en présence de leurs "cocottes" ou filles entretenues. Son propriétaire avait été aussi le directeur d'un autre endroit controversé le Divan Japonais, qui avait une réputation sulfureuse (cf. à un tableau de Toulouse Lautrec). La nature de certains spectacles pouvaient être suggestifs, mais l'actrice (Blanche Cavelli en 1894 sur cette scène) était très loin de se mettre toute nue en public, on jouait des ombres (japonaises et non chinoises...) avec un drap cachant l'interessée, et lui donnait l'air de se déshabiller. Le public se contentait d'un reflet, rien de plus, mais de quoi soulever un scandale et indignation dans la presse, ou de quoi se traîner une mauvaise réputation...

Celui qui se trouvait à la tête de cette entreprise était un ancien communard, Maxime Lisbonne. Un comédien de profession et ancien lieutenant-colonel du Xème régiment de la Garde nationale et membre du Comité central de la Commune. Lisbonne se battit courageusement contre les Versaillais lors de la "semaine sanglante" de mai 1871. En tant qu'officier et participant du camp des "vaincus", il refusa et empêcha que l'on brûle le Panthéon. Il jugea la mesure inutile, puis il fut arrêté et rejoignit les routes des déportés pour la Nouvelle Calédonie comme forçat, avant de revenir en France une dizaine d'années après. Il a été à l'origine de l'ouverture de pas mal d'espaces ouverts au public, parfois étranges ou provocateurs, comme sa Taverne du bagne, où l'on était servi par de faux forçats, boulets aux pieds. Il mourrut en 1905.

Cet espace fut repris par une autre figure engagée en 1907, qu'il nomma le Pilori de Montéhus. Ce même lieu était présent à la rubrique des spectacles dans le quotidien COMOEDIA, qui fut créé et imprimé la même année. Le chanteur et parolier Gaston Mardochée Brunswick alias Montéhus est né dans le 10ème arrondissement au 2, rue de l'hôpital St-Louis au sein d'une fratrie de 22 enfants. Plus tard à l'âge adullte, il racheta le café-concert anciennement de la Ville Japonaise et s'y produisit un peu avant sa fermerture ou revente en 1911. On lui doit la chanson  de La butte rouge (1923) maintes fois reprise et notamment par Yves Montand.

Gaston Montéhus a été connu pour son engagement politique révolutionnaire, puis à la SFIO, il créa ainsi un chant à Blum : Vas-y Léon !  Et il a été l'auteur du célèbre chant de La Jeune Garde et de Gloire au 17ème en soutien de la mutinerie de ce régiment en 1907 dans le midi de la France. La rébellion se manifesta par le refus des soldats de tirer contre les viticulteurs. Il fut de même un proche du journaliste et antimilitariste Gustave Hervé, pour les plus connaisseurs et a été l'ami de Lénine lors de son séjour d'exil en France. Il s'est prévalu d'avoir eu le soutien de l'antisémite Drumond et du grand Rabbin. Originaire d'une famille juive, il fit ainsi un joli pied de nez aux attaques qu'il a du supporter de l'extrême-droite. Devenu gaulliste à la Libération, il disparu assez misérablement en 1952.


Le Concert du XIX° Siècle, & Nouveau théâtre du Château-d'eau

Il se situe toujours au 61, Rue du Château d'Eau, à ne pas confondre avec celui de la rue de Malte. Concert du XIXe Siècle, puis Éden Comédie, puis Nouveau Théâtre du Château d'Eau, son activité trouve peu de sources et il est difficile d'établir les raisons des changements sucessifs jusqu'à la seconde guerre mondiale. L'espace a été  crée en 1876 en tant que café-concert, la salle prenait six ans après le nom du Concert du XIXe siècle. L'on doit sa gestion à un administrateur des Folies Bergères, son activité perdura jusqu’à sa transformation en cinéma en 1946, et ferma en 1965. Depuis les années 2010, la salle a été réaméagée au profit d'un espace évenementiel dédié aux musiques Latines ou ambiances sud-américaines sous le nom de Théâtre des Etoiles.



Origines du café-concert, le café-chantant


Nuits de France Culture de Philippe Garbit - archive Radio France (2017)
Le Café-chantant, une émission sur les origines du café-concert du 23 août 1955



 
Les Théâtres du quartier de la Porte St-Denis

Le Théâtre du Gymnase Dramatique

Toujours en activité, il se trouve au 38 boulevard Bonne-Nouvelle. inauguré en 1820 la salle de spectacle porta quelques années le nom de Théâtre Madame, un don de la duchesse Marie-Caroline de Berry permis son éclairage au gaz en 1823. Son premier directeur M. Délestre-Poirson se mit ainsi sous la protection de la duchesse du Berry. Les lois depuis Napoléon 1er imposaient des règles drastiques aux scènes théâtrales, et la censure fut une réalité que connurent les responsables de ces établissements.

L'on ne pas pouvait tout jouer, une commission attribuait les autorisations et à ses débuts, son directeur se contenta de la création de pièces en un acte, puis deux, etc. Le Gymnase a été construit à l'emp
lacement de l'ancien du cimetière des Filles-dieu, une autre source mentionne un cimetière protestant donc plus tardif, pareil une autre celui de la paroisse Bonne-Nouvelle, avant que le terrain ne soit vendu.



Le Théâtre du Gymnase (ci-contre) dispose toujours d'une très belle salle et accueille du public depuis le XIX° siècle. Il a été bâtit par les architectes Rougevin et de Guerchy, il a gardé  peu ou prou de cette époque son caractère d'origine, l'ensemble du bâtiment n'a été que peu retouché et quelques éléments de la façade sont d'origines. La salle fut une réalisation de M. de Guerchy, et le ciel ou plafond a été peint par MM. Compan et Plumet. Le lieu est devenu depuis 1994 classé auprès des monuments historiques.

- George Sand (1804-1876, auteure) : En 1851, on pouvait découvrir de sa plume Claudie, au Théâtre de la Porte St Martin et Le Mariage de Victorine était joué au Théâtre du Gymnase-Dramatique. L'année qui suivit ce furent les Vacances de Pandolphe et Le Démon du Foyer, qui étaient à l'affiche du théâtre du Gymnase. En 1853, Les Clésinger (époux de sa fille Solange) se séparaient et se disputaient la garde de sa petite fille née en 1849 Nini, et Le Pressoir se jouait au Gymnase. Un an après Les tribunaux confiaient la garde de Nini à sa grand-mère, mais Alexandre Clésinger mettait son enfant dans une pension et ne se pressa pas de la rendre à George Sand. Flaminio était à l'affiche au Gymnase en 1855, la même année Nini décédait à Paris dans la nuit du 13 au 14 janvier de la scarlatine. Marguerite de Sainte-Gemme était sur la scène du Gymnase en 1859, puis en 1862 : c'était  Le Pavé. 


De nombreuses créations, de grands noms et des moins conséquents de la littérature y furent joués et dans des registres assez variés, mais avec une dominante sur le temps et années passées aux pièces dites de boulevard ou boulevardier. On peut citer, Eugène Scribe qui fut un des ses premieurs auteurs mélodramatiques, sinon Honoré de Balzac, Victorien Sardou, Halévy, Alexandre Dumas père et fils, etc. George Sand trouva en cet espace ses premiers succès. Plus tardivement à partir de 1939, on retrouvait l'adaptation des oeuvres de Marcel Pagnol, Jean Cocteau, Sacha Guitry, Jean Genet, etc. En 1962, la tragédienne Marie Bell reprenait la direction, des nombreux acteurs ou comédiens de même s'y illustrèrent notamment : Sarah Bernard, Marie Bell dans le rôle de Phèdre, et Coluche avec son spectacle : Les interdits !.



Le foyer des artistes du Gymnase (1848)


La Salle Bonne Nouvelle

Cette salle de spectacle était située sur le boulevard Bonne-Nouvelle, à l'angle de la rue Mazagran. Elle semble avoir fermée ses portes juste après la révolution de 1848 et sans suites.

«Nous croyons devoir dire ici quelques mots de la salle Bonne-Nouvelle, bien qu'elle soit momentanément fermée; mais elle ne peut manquer de rouvrir un jour ou l'autre. Il est peu probable qu'on laisse longtemps sans destination un vaste local placé dans le centre même d'un quartier très vivant et très peuplé.

La salle Bonne-Nouvelle a été construite pour être à la fois spectacle et concert, elle a dû peut-être à cette double destination son peu de réussite.  On y a essayé à peu près de tous les genres de spectacles: pantomimes, tours de force, danses de corde, clowns, prestidigitateurs, vaudevilles, féeries, chansonnettes comiques, jusqu'à des symphonies à grand orchestre. Tout a échoué, tous les essais sont venus expirer contre l'indifférence du public, qui n'a jamais été dans cette salle qu'à l'état de promeneur et de visiteur et non de spectateur.

Cette spéculation a prouvé une fois de plus qu'en fait d'entreprises dramatiques, le pire de tous les genres est de n'en avoir aucun, de flotter entre tous ceux qu'on exploite ailleurs, sans se fixer à une spécialité quelconque que l’on cultive à fond. On ressemble dans ces cas-là aux gens qui, dans la vie, embrassent toutes sortes de carrières à la fois, en quittent une pour en prendre une autre, ont même quelquefois des espèces de succès transitoires dans les diverses routes où ils s'engagent, et finissent presque toujours par mourir à l'hôpital
  ».

Source : Guide dans les théâtres, éditeurs Paulin et le Chevalier, page 165 (1855)

Le Théâtre de l'Escalier d'Or

Il a disparu dans les années 1990, il se situait, rue d'Enghein (N°18). "Lieu, d'architecture second empire, aménagé en salle de spectacle ouverte au théâtre, à la danse, à la musique, aux arts plastiques par Guy-Claude François, architecte-scénographe du théâtre du Soleil en 1982. - Dirigé par Pierre-Olivier Scotto, Bruno Decharme, Isabelle Guiard, Martine Feldmann et Jean-Paul Schintu (en 1987)". Il n'est pas le seul lieu a avoir disparu. Sauf que nous avons perdu là un très beau lieu de représentation. Les dernières années furent consacrées à la danse contemporaine.


Les personnages célèbres du quartier St.-Denis

Toutes mes excuses, une petite confusion m'avait amené à mettre le domicile de la famille des bourreaux Sanson à proximité du faubourg Saint-Denis. Si leur demeure se situait bien au sein de la paroisse Saint-Laurent, leur maison a été détruite, elle se trouvait à l'angle de la rue du Château d'Eau et de Lancry, dans le quartier Sain-Martin, et à partir de 1778 pour toute précision. Et il s'agit de l'aïeul de Charles-Henri Sanson, Charles-Louis le premier venu dans la capitale qui s'installa au XVII° siècle dans la rue Ste-Anne, aujourd'hui le faubourg Poissonnière.
 
Monsieur Paul ou Saint-Vincent-de-Paul (Prêtre), son portrait orne le quartier de la Porte St-Denis au niveau du 105, de la rue du faubourg du même nom (ci-contre).

Vincent de Paul
(1581-1660) a été  fondateur de la congrégation des Prêtres de la Mission (appelés aussi Lazaristes), ainsi que le créateur d'institutions hospitalières et scolaires, comme les Enfants-Trouvés (ancètre de l'aide sociale à l'enfance pour les enfants abandonnés ou ex. Dass).

De même, il fut le fondateur de la Compagnie des  Filles  de la Charité au
lieu dit de l'enclos Saint-Lazare et s'occupa de la formation des prêtres avec ses séminaires. Le père Vincent-de-Paul disposa à partir de 1632 d'une chambre dans le quartier St-Denis (ou paroisse Saint-Laurent). Saint catholique, sa fête a lieu tous les 27 septembre et il a été canonisé en 1737.




Louise de Marillac (religieuse), elle est née en Auvergne en 1591, elle fut l'épouse et veuve de M. Legras Antoine décédé en 1625, son époux était le secrétaire des commandants auprès de Marie de Médicis.  A Partir de 1633, année de la fondation de la Compagnie des Filles de la Charité et après de lourds ennuis familiaux : "Peu après les prêtres de la Mission, les sœurs grises plus tard Filles de la Charité, fondées par demoiselle de Marillac, veuve Legras, vinrent s'installer sur notre paroisse (*).


"Elles occupèrent trois corps de logis attenant l'un à l'autre, avec cour, puits et jardin, le tout entouré de murs et situé sur le faubourg Saint-Denis, vis-à-vis le prieuré de Saint-Lazare, au coin de la rue Neuve Saint-Laurent, et par conséquent contigu au cimetière de la paroisse. Cette propriété, dépendante du prieuré, leur fut louée d'abord par saint Vincent de Paul, qui la leur vendit le 1er avril 1653. C'est là que, dès lors, résida principalement la bienheureuse fondatrice, sauf de rares et courtes absences. C'est là qu'elle mourut le 15 mars 1660 et elle fut inhumée la même année dans l'église de Saint-Lazare (disparue). Louise de Marillac décéda quelques mois avant Vincent de Paul, elle a été béatifiée en 1920, canonisée en 1934 et elle est fêtée le 15 mars comme sainte catholique. (*) Vicaire Louis Brochard in l'Histoire de la paroisse Saint-Laurent (1923).

Ci-contre les armoiries des Filles de la Charité (108, rue du faub. St-Denis)

- Les Filles-Dieu (religieuses) ont contribué à la vie d'un asile pour "filles dévoyées" ou repentantes. Le premier protecteur de cet ordre charitable fut Guillaume d'Auvergne en 1110. Avec leur expulsion de Paris hors de fortifications de leur premier couvent, les nonnes propriétaires de terrains hors des rempartsau sein de la paroisse Saint-Laurent asséchèrent une partie des marais, pour transformer une partie sud-ouest du quartier St-Denis en production maraichère et elles y firent construirent une autre maison pour leurs besoins et quelques immeubles de rapport.
 


- Ninon de L'Enclos (femme de lettres) avait une maison de campagne au sein de la paroisse Saint-Laurent. Anne dite Ninon de Lenclos (1616-1705), femme de lettres savait l'italien et l'espagnol tout en étant versée en sciences. Enfant prodige au luth qui citait Montaigne et les grands classiques, sa mère la promenait de salon en salon où elle fit sensation. Plus tard, elle apprit le clavecin. La belle Ninon qui, sa vie durant, a collectionné une ribambelle d'amants et que Walpole, plus tard, avait surnommé «Notre Dame des Amours», elle a tenu salon à compter de 1667, en l'hôtel Sagonne, au 36, rue des Tournelles, à Paris, ses célèbres "cinq à neuf" qui avaient lieu chaque jour.

 - Le poète Chapelle est passé dit-il par St-Lazare, Paul Verlaine (poète) résida dans le quartier Saint-Denis avec sa famille au, 10 de la rue des Petites-Ecuries, ce ne fut qu'un passage avant de s'insatller du côtés des Batignolles (17ème arrondissement). & Sully Prudhomme (poète), naquit en 1839, au 34, rue du faubourg Poissonnière, il a reçu le prix Nobel de littérature en 1901, dès sa première année d'existence.

- Beaumarchais (auteur) séjourna 3 jours à la prison Saint-Lazare  pour y recevoir la bastonnade suite à la représentation de son Figaro.
 
- Auguste Comte (philosophe), un des disciples de Saint-Simon, tenta de se suicider chez lui dans le faubourg en 1826, il fut interné huit mois à la clinique du docteur Esquirol et admis comme névropathe, toute la force du positivisme !
- Monsieur Brady (industriel), un passage du quartier Saint-Denis rappelle sa mémoire. Il était spécialisé dans les accessoires de la fête, du cotillons aux costumes de déguisements. Il fit construire le passage pour développer ses activités industrielles et commerciales. On trouve toujours dans le 10ème arrondissement, ici et là quelques boutiques de farces à attrapes et déguisements. Aujourd'hui le passage est devenu une petite "Inde" et a été rénové depuis.

Ci-contre photo des années 1990 du passage Brady

 


- Blanqui Auguste (militant révolutionnaire), à trouver refuge et s'est caché de la police dans le quartier de la Porte St-Denis.  & Joseph Proudhon (militant révolutionnaire) y séjourna.

- Antoine-Joseph Santerre (bourgeois) fut général de la Révolution française lors de la première République, figure et chef de la Garde nationale parisienne en 1792 et du faubourg Saint-Antoine décéda ruiné chez son fils dans le faubourg Saint-Denis en 1809. Personnage controversé, son attitude lors des massacres de septembre 1792 lui valent une participation non établie, mais pas impossible, et il a été un des massacreurs républicains des Chouans en 1793.

- Félix Faure (Président de la République) naquit en 1841 au 71, rue du faubourg Saint-Denis..


- Victor Schoelcher (Parlementaire, père de l'abolition de l'esclavage) est né au n°60 et a travaillé dans le magasin de son père situé dans le faubourg Saint-Denis. Rien ne stipule sa présence depuis et rien n'a été fait pour mettre cette connaissance à la connaissance des passants ou visiteurs. Victor Schoelcher naquit à Paris, le 22 juillet 1804, 60 rue du faubourg Saint-Denis dans l’actuel 10ème arrondissement (où la famille résidait depuis 1798), il fut baptisé en septembre à l’église Saint-Laurent proche de nos jours de la gare de l’Est. Son père d’origine alsacienne s’était installé dans le faubourg, il y possédait un immeuble avec son épouse, Victoire née Jacob, dont il se sépara par divorce en 1806 (à qui revint la maison qu’elle vendit en 1823). Son père s’installa par la suite sur le boulevard pas très lointain des Italiens, où il ouvrit un magasin. Marc Schoelcher était porcelainier et a été propriétaire d’une fabrique à Meaux. Le jeune Victor suivit une courte scolarité au lycée Bonaparte (aujourd'hui Condorcet, 9ème arrondissement), il y fit la connaissance de Berlioz et de Frantz Litsz  et porta toute sa vie un grand intérêt à la musique et en particulier à Georges Frédéric Haendel lors de son exil londonien sous Napoléon III.

 - Juliette Drouet (artiste et compagne de Victor Hugo) y résida à partir de 1832, au 35 bis rue de l'Echiquier.

- Georges Seurat, Jean-Baptiste Greuze, Jean-Baptiste Camille Corot, Luigi Noir (peintres) vécurent, travillèrent ou séjournèrent dans le quartier. Corot (ci-contre en auto-portrait) habitait au 56, rue du Faubourg-Poissonnière et a toujours gardé son atelier au 58 de la même rue. Seurat est né le 2 décembre 1859, au 60, rue de Bondy (devenue rue René-Boulanger), puis habita au 110, boulevard de Magenta, il fit ses premières armes comme dessinateur à l'école municipale du 17, rue des Petits Hôtels. (Seurat par Gustave Coquiot avec 24 reproductions - Albin Michel 1924). Greuze, peintre et dessinateur décéda rue des Fossés Saint Denis, qui suivait le long du boulevard de Bonne-Nouvelle. Moins célèbres, des petits maîtres de Paris, comme Luigi Loir, qui habita au 155, boulevard de Magenta. Jules Adler et Jean Béraud ont été inspirés par la perspective des Grands boulevards, des portes Saint-Denis et Saint-Martin ou par l'animation des cafés, des théâtres et des scènes de rue.



- Roland Moreno, né en Egypte en 1946 est l'inventeur de la carte à puce (ou carte mémoire) et a habité de longues années dans le faubourg St.-Denis jusqu'en 1996, où il devellopa son invention, il est décédé en 2012 dans le 15ème arrondissement.


- La Houppa ou Marcelle Capronnier (chanteuse, artiste de music-hall et de cinéma), Née à Viitry-sur-Seine en 1900 et disparue à l'âge de 87 ans, elle débuta sa carrière sur les planches en 1920 et a laissé 250 disques ou microsillons 78 tours à la mémoire collective. Elle habitait au 55, du faubourg St-Denis, où elle vécue un bonne part de sa vie, et même créée une association ; "la Commune libre" des portes St-Martin et St-Denis. La Houppa de son nom d'artiste fut une vedette lors des six jours cyclistes de Paris en 1936, et l'interprètre d'une chanson deux ans plus tard sur le Tour de France. Plus tardivement Marcelle Capronnier était l'invitée en 1967 de Michel Drucker et chanta "Mes vaches". Et elle a aussi participé à plusieurs petits rôles au cinéma après la seconde guerre mondiale et fait de la radio comme animatrice dans les années 1930 et plus. (photo, ci-contre crédit Wikipédia)



Félix Mayol  Par G. PERICHARD (1912)

Note sur Félix Mayol : Né à Toulon en 1872. Fantaisiste, interprète de Viens Poupoule, Les mains de femmes, la Paimpolaise, etc. Mayol donna son nom à une salle de concerts qu'il venait de racheter, au 10 rue de l'Échiquier, qui devint le rendez-vous du Tout-Paris. Le Concert Mayol a accueilli des nouveaux talents comme Tramel, Raimu et Valentin Sardou (*).

« Toute l'afféterie du Boulevard, toute la grâce de la Parisienne, toute la préciosité mutine du trottin, voilà Mayol. Dans un temps où la chanson parisienne semblait dépérir, il arriva. A ce moment, la débâcle du boulangisme avait entraîné jusqu'à la renommée populaire de Paulus qui finissait misérablement sa vie ; Polin était à peine connu ; Dranem n'avait pas encore ressuscité la chanson idiote ; de Vilbert et tant d'autres, il n'était pas question. Sur la Butte Montmartre, le genre funambulesque s'éteignait avec Rodolphe Salis, et le Chat Noir prenait déjà une teinte historique. De chanson populaire, il n'en existait donc point réellement, et les concerts n'enregistraient sur leurs programmes que les noms d'une multitude de sous Paulus et de sous Thérésa. Donc, la chanson se mourait ; et « quand la chanson ne va plus, rien ne va plus», comme disait Paulus lui-même.

La chanson est en quelque sorte représentative d'un pays, ou mieux du caractère même de ce pays et de l'époque qu'elle traverse et dont elle naît. Le lied est bien particulier à la romantique et sensible Allemagne, comme le two-steep l'est à l'Amérique des business-men boxeurs et des nègres à banjo ; la barcarolle ne peut s'entendre que sur la lagune de Venise, par un soir de lune, tandis que la sérénade demande des caballeros castillans. En France, la chanson est gaie, par essence, mélodramatique parfois, frondeuse souvent, et d'une sentimentalité à fleur de peau, toujours. C'est du moins ces caractères qu'elle revêt, depuis Béranger. Au temps des lorettes affriolantes, de grisettes mutines, des Mimi-Pinson aux petits rosiers sur le bord de la fenêtre, elle chantait les airs tendres et éternelles, les amours « petite fleur bleue » ; sous l'Empire ce fut la « gauloiserie », les couplets grivois ; après la guerre vint la chanson patriotique, cocardière et revancharde.

Mais, en 1895, c'en était fini, et le public faisait sentir aux directeurs de cafés-concerts le besoin de changer de genre. C’est à ce moment que vint Félix Mayol.

*

Pour être le plus parisien des chanteurs, Mayol n'en est pas moins Marseillais (1), ou presque : Toulon en est si proche ! Mais, comme il le dit lui-même, Marseille est sa patrie de prédilection, et c'est là qu'il commença sa carrière. Il débuta, en effet, en 1892, sous le nom de Ludovic, au Palais de Cristal. On l'ignorait : il se risqua, un peu timide, dans une chanson, sa première, genre Paulus : « Allez! Circulez! » Ce fut sensationnel. Ces bons garçons de Marseillais l'accueillirent par un tapage infernal et lui crièrent à pleins poumons : - C'est çà ! - Allez ! Circulez ! Fais ta malle !

Ce qui eut pour résultat immédiat de la part de la direction de prier Ludovic d'aller chanter ailleurs. Elle ne voulait pour rien au monde l'engager, fût-ce à 60 francs par mois, comme il le souhaitait ardemment. Peu encouragé, et songeant aux âpres nécessités de l'existence, il chercha à entrer dans une carrière plus substantielle, et ne put mieux faire que de choisir l'alimentation. On l'accepta à la brasserie de la Cigogne, comme cuisinier, et, entre temps, comme jeune premier comique. Il était donc chargé, non seulement de surveiller les repas de la clientèle, mais encore d'aider à la digestion, en la faisant rire. Le tout pour cent francs par mois.

Il lui fallait un genre ; ayant fait fiasco avec les « Paulus », il adopta les « Mévisto ». dont les chansons l'avaient enthousiasmé, et changea de nom, reprenant celui de ses pères, Mayol. Stimulé par ses succès de maître-queux-chanteur, il se risqua dans quelques petites tournées, dans le Midi, avec le répertoire Mévisto. Ces tournées enrôlaient quelques pauvres diables qui s'exerçaient dans les genres les plus divers. L'un d'eux, qui s'appelait Arthur, jadis comédien et ténor, se présentait pour le moment, comme homme sauvage, aux populations ébahies. Sa spécialité était de manger des lapins crus.

Un jour, il confia son embarras : - Vois ce tas de paperasses : ce sont des engagements. Je me demande comment je vais bien pouvoir les remplir. A ce moment-là, Mayol n'en avait précisément plus. - Donne m'en toujours un ; j'irai à ta place. Sans plus s'inquiéter, Arthur tira un engagement, au hasard, et le lui donna. C'était pour un café-chantant à Château-Renard, près d'Avignon. Arrivé là, Mayol demanda à répéter : le patron lui présenta l'accompagnateur. C'était un vieux bonhomme tout rabougri et qui ne savait jouer que d'un instrument : le tambour. Le bonhomme fit donc un roulement et lui dit : - Quand vous voudrez ?

Et ce jour-là, il n'eut d'autre accompagnement qu'un roulement de tambour entre chaque couplet. Mais, le plus plaisant, c'est que vers le milieu d'une chanson, le patron, qui le croyait le véritable Arthur, vint près de la scène lui tendre un lapin, en lui criant : - « Mangés pas lou lap'an? »
 
*

Mayol avait foi dans sa destinée, et l'idée de chanter à Paris le hantait. Il y débarqua le 1er mai 1895, où il fut engagé, quelques jours après, au Concert Parisien. Le succès l'accueillit. Dès lors sa carrière est connue : il devint la bonne vedette, fut engagé dans les plus grands établissements et est aujourd'hui directeur du Concert qui porte son nom.

En arrivant à Paris, Mayol cherchait un genre qui fut le sien. Comme d'autres se penchent sur les graves théories sociales ou sur les non moins graves spéculations métaphysiques, il se pencha sur... les trottins. Ce sont elles dont il s'amuse, en chantant, à prendre les gestes, allures, les mines aguichantes, les œillades gamines, les roucoulades délurées, balançant leur carton à chapeau et faisant la nique aux vieux messieurs? On vit le chanteur initier à la vie des midinettes : il les regarda vivre, venant au travail d'un pas alerte, mangeant très vite dans des crémeries, allant à la poste restante chercher la lettre de l'amoureux, sortant de l'atelier, le soir, avec des éclats de rire, des cris de joie et des chansons.

Au bout de quelque temps, Mayol était devenu « bien parisien », il avait su regarder, il savait maintenant ce qu'il ferait. Il travailla. Il s'attacha tout d'abord quelques chansonniers qui lui tournèrent les couplets qu'il rêvait, des musiciens qui surent lui trouver une musique entraînante et facile pour ses refrains. Quand les chansons furent prêtes, Mayol fit de longues stations devant sa glace, étudiant chaque attitude, chaque geste. On ne se doute pas du travail que nécessite la parfaite interprétation de Mayol. Car, ce qui restera le gros succès de ce chanteur, sera d'avoir su allier le geste à la parole, de souligner chaque mot par une mimique s'adaptant exactement à ce mot. Bien plus que les chansons elles-mêmes, la façon de les interpréter marquera dans l'histoire du café-concert.

  Malheureusement, Mayol a fait école. Et quelle école !

Ses gestes, sa diction, son rire, font un tout qui ne peut s'apprendre. Quelques-uns, comme Darcet, ont essayé de l’imiter. Ils sont parvenus à faire montre d'inoriginalité, et c'est tout. C'est pourquoi Mayol n'aurait pas dû tolérer et même encourager dans son concert, la copie servile et inintelligente de sa propre personnalité. Il est vraiment pénible, pour le spectateur, d'entendre dans la même soirée Mayol et aussi tous les « sous Mayol » qui forment la majeure partie de sa troupe.

Le geste qui, chez Mayol, est amusant, devient fastidieux et énervant au possible, lorsqu'il est répété stupidement par de petits jeunes gens qui ne comprennent pas très bien ce qu'ils chantent et conséquemment ne peuvent faire servir le geste précis et juste et ne savent pas l'employer quand il faut. Ils souligneront par la même expression : « Ah ! oui, qu'il me répondit !» et « Son petit bonnet blanc », de la Petite Bretonne. Pas plus qu'ils ne sauraient mettre une intention quelconque dans : « Mademoiselle, voulez-vous me permettre ; etc. »

Ils sont ternes, ils sont gris, ils sont mornes, et encore une fois, il est vraiment dommage que Mayol encourage l'imitation bébête de son talent, plutôt que de faciliter l'éclosion de nouveaux tempéraments. Somme toute, ils ne deviennent que de grotesques et insipides pantins, alors qu'ils pourraient faire mieux. Il est vrai que le « genre Mayol » rapporte énormément. Demandez plutôt au créateur du genre.

De plus, le répertoire Mayol est vaste ; les chansons à gros succès n'y manquent pas. Rappelez-vous l'immortelle: Viens Poupoule ! qui fit notre joie, il y a quelques années; ces délicates Mains de femmes, où Mayol emploie la plus délicieuse pantomime qui soit ; et ce Coquin de Printemps, qui « chante dans les buissons » ; sont-elles assez banlieusardes, ces chansons de printemps et d'été : on pense aux blés hauts sur gerbes, où l'on bouscule en riant les chéries délirantes, avec, dans le fond, écartant les épis, la tête classique d'un vieux grognard de garde champêtre.

« Et pour vous mettre le cœur en éveil, Il suffit d'un rayon d' soleil. » Et les Vendanges ! les belles grappes qui tombent dans le Petit Panier : « Ninette, ma Ninette, allons vendanger ! » ou bien : « Embrasse-moi, Ninette, embrasse-moi ! » etc. Et puis encore l’Amour au Chili, qui est très à la mode : « L'amour est vraiment rigolo, A Santiago» ; les jeunes miss de Pension de Famille, Le Passage du Désir, Cousine, La Jolie Boiteuse, Mélina, l'ineffable Mélina, la Réforme du Mariage, les délicieux Amours de Trottin, la joyeuse Midinette marche, et jusqu'à La Cabane Bambou, et tant d'autres encore, qu'il est inutile de citer, car elles sont très, très connues...

Toutes ces chansonnettes ont rapporté à Mayol la gloire et la fortune.


La Gloire ?
- A Tunis, dernièrement, un soldat fut incorporé avec le signalement suivant : Après la taille, la couleur des cheveux et la forme du menton, on lisait : Signes particuliers: tatouages aux mamelles; portraits d'Yvette Guilbert et de Mayol.

La Fortune ? - Il vient d'acheter au cap Brun une fastueuse villa, où il ira un jour se reposer du brûlant des rampes électriques en regardant se lever la lune sur les eaux calmes de la Grande Bleue. Evidemment, c'est une « Cabane Bambou » dont se contenteraient bien des gens, mais, au fond, Mayol, lorsqu'il se retirera, n'aura pas volé le repos qu'il prendra.

Il se propose d'ouvrir alors la volumineuse correspondance qu'il reçoit tous les jours, correspondance galante, des « poulets » sur papier mauve ou bleu, émanant de ce que les chanteurs appellent les cuvettes artistiques. Il est vrai que le plus souvent ces lettres viennent de jeunes filles trop jeunes ou de dames trop mûres. Alors? Alors, quand même, en lisant ces écritures diverses et nerveuses, Mayol pensera aux mains qui les auront écrites, et il chantera, comme il chante aujourd'hui :  « Les mains des p'tites femmes sont adorables... ».

(*)  Valentin Sardou, né en 1868 à Toulon. Fils de Baptistin-Hippolyte Sardou qui l'initie à l'art du mime. Il abandonne cette spécialité pour devenir «comique excentrique». En 1909, Mayol, un cousin éloigné, lui propose de «monter» à Paris pour débuter dans le café-concert qui porte son nom... Valentin est en bonne compagnie avec Raimu et Tramel. On les surnomme les «comiques à l'huile». Il rompt avec Mayol et revient dans son «Midi».

Note de l’auteur :


(1) Mayol n'est du reste pas le seul Marseillais devenu bien Parisien ; citons, au hasard : notre collaborateur Victor Méric, notre ami Eugène Merle, et M. Rostand, de l'Académie Française.

Source : Gallica-Bnf - Les Hommes du Jour, n°220, avril 1912,
 Annales politiques, Sociales, Littéraire et Artistiques



- Mistinguett chanta Je suis née dans le faubourg St-Denis et Yves Montand chanta le passage Brady, Les Grands Boulevards et  Le faubourg St-Martin.
 

La « plus petite maison » de la capitale

Dans un de ses numéros de 1897, la revue La Nature "s'excuse" auprès de ses lecteurs de leur avoir donné une fausse information, le 7 novembre 1896, au sujet de "la plus petite maison de Paris". De très nombreuses lettres étaient alors parvenues à la rédaction pour signaler que la plus petite habitation était située, sans aucune contestation possible, au numéro 39 de la rue du Château-d'Eau.

En effet, il ne peut exister demeure plus exiguë puisque, construite entre deux immeubles de six étages : les numéros 37 et 41 qui l'encadrent, elle présente des dimensions plus qu'insolites : une façade d'à peine 140 centimètres de largeur, une profondeur ne dépassant pas les 3 mètres et une hauteur atteignant tout juste les 5 mètres. Au rez-de-chaussée, on découvrait une modeste boutique sans aucune communication avec l'étroite pièce de l'unique étage dont l'accès se faisait, au début du siècle, par l'appartement du premier étage de l'immeuble du n°41.

Photo de la toute petite bâtisse, ci-contre



Cette aberration architecturale aurait été le résultat d'une vilaine querelle de succession. Il existait là un passage entre les rues du Faubourg-Saint-Martin et du Château-d'Eau, or une mésentente entre les héritiers de ce minuscule terrain les auraient conduits à le condamner en élevant cette curieuse demeure. Selon l'auteur de l'article de La Nature de 1897 «l'étroite et modeste échoppe était occupée par un cordonnier du nom de Geoffroy qui y logeait et y travaillait depuis plus de quarante ans, en gagnant honorablement son existence malgré l'exiguïté de la pièce».

Ce témoignage prouverait que la demeure avait été construite avant 1856 par un illustre inconnu.
Et non édifiée en 1900, comme on le pensait, par l'architecte Georges Debrié (1856-1909) à qui l'on doit une œuvre bien plus prestigieuse en l'école municipale du n° 4 de la toute proche rue Pierre-Bullet.Toujours, selon La Nature, par...un bébé ! «Ne dormant que dans un berceau, ses parents avaient jugé qu'ils lui donnaient là une chambre à coucher suffisante et qu'ils pouvaient aisément le surveiller par le n°41 de la rue du Château-d'Eau».

Plusieurs sources de cette page, dont celle de "la plus petite maison de Paris", et quelques éléments sur les Filles de la Charité de la précédente page ont été extraits à l'origine d'articles rédigés par Mme Jeannine Christophe, Présidente d'honneur de l'association et webmestre du site : Histoire et Vies du 10ème.

Les activités et le site de l'association
: http://hv10.org

 
Le 10ème arrondissement de Paris, du temps du Préfet Haussmann




Haussmann entreprend ses grandes percées (moderniser et aérer Paris), elles permettent également de mieux réprimer les insurrections, les insurgés de la Commune en 1871 en feront les frais face aux canons des Versaillais que ceux-ci pouvaient manœuvrer à plus longue distance pour détruire les barricades.

Le Paris médiéval sera mutilé, les destructions nombreuses et douloureuses. Le boulevard de Strasbourg percé en 1853 coupa en deux les nombreux passages du 10e qui reliaient la rue du Faubourg-Saint-Denis à la rue du Faubourg-Saint-Martin, ce qui malheureusement dénatura complètement le lieu, la sociologie du quartier.

Il provoqua également la suppression d'un marché situé à proximité immédiate de l'église Saint-Laurent, ce marché était la survivance du plus vieux marché parisien "le marché aux chevaux". La place qui se trouvait en face de l'église Saint-Laurent, la place de la Fidélité fut totalement supprimée avec ses quelques belles maisons.

Haussmann, Préfet de la Seine, pendant 17 ans jusqu'en 1870 avec Napoléon III, ils mènent de concert le chantier herculéen qui crée le nouveau Paris, bouleversant totalement le paysage parisien pour lui donner sa physionomie actuelle.

Le "Paris historique" disparaît sous les coups de pioche, Jules Ferry publiera un pamphlet sur "les comptes fantastiques d'Haussmann " évalués à plus de deux milliards (or) récoltés par la Caisse des travaux de Paris. Des Parisiens voyant la capitale en chantier perpétuel, envahie par des milliers d'ouvriers provinciaux, chargés de "démolir pour reconstruire".

La contrepartie de cet afflux de population va être le grand élan donné au commerce et à l'industrie. Mais à côté de ses détracteurs, Haussmann a aussi ses partisans qui forment autour de lui une solide équipe, ce sont les : Viollet-le-Duc, Alphand, Belgrand, Davioud, Hittorf, les frères Péreire, Rothschild, tous passés à la postérité.

Pour transformer l'ancien Paris en une ville nouvelle, il faut apporter "de l'air, de la lumière, de l'espace", mais surtout pour l'empereur et son préfet, obsédés par les révolutions de 1830 et de 1848, "il faut réaliser l'effondrement des quartiers populaires d'où naissent les émeutes et les barricades, créer un vaste réseau stratégique d'artères larges et rectilignes permettant aux troupes d'avancer rapidement pour maîtriser tous les foyers subversifs".

Alain Jouffroy, rédacteur et éditeur de la Gazette du Canal


Ps : Sur le Paris du préfet Haussmann, vous pouvez aussi consulter un document audiovisuel - Le dessous des cartes (oct. 2013) - de Jean-Christophe Victor avec des références bibliographiques, et en VOD sur Arte Tv.



La Gazette du Canal : Vous y trouverez des archives sur l'histoire du dixième arrondissement et ce fut aussi une publication en vente dans les kiosques de la localité.



Le préfet Eugène Haussmann (1809-1891)
et les transformations de la capitale



Une vie, une oeuvre - France Culture le 22/09/2018 (53 minutes)


 
     Suite de la promenade :
Histoire de la commune de Paris (1871)
 
Cet espace d'expression citoyen n'appartient à aucune organisation politique, ou entreprise commerciale. Le contenu est sous la responsabilité de son créateur, en tant que rédacteur.

Les articles et textes de Lionel Mesnard sont sous la mention tous droits réservés
Ils ne peuvent faire l'objet d'une reproduction sans autorisation


Les autres articles et vidéos personnelles sont
sous licence Creative Commons 3.0 FR
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.fr
 
Page d'accueil :
http://lionel.mesnard.free.fr



Courrier électronique :
  lionel.mesnard(AT)free.fr
Archives Histoire de Paris : Textes insolites :
Index histoires urbaines Antonin Artaud : Bio(s) et extraits 
Lire, visiter, liens et vidéos
Citoyen du Monde :  Fr. de Miranda

Média : Une télévision bien ?
Index des principales étapes : Un autre regard : Eduardo Galeano
1 - Les Origines
2 - Les Ligures et les Celtes Autres thèmes :
3 - La capitale de Clovis La Question Psy ?
4 - La Pré-Renaissance Violence et éducation ?
5 - Quartier Saint-Denis
Infos sur l'Amérique latine
6 - La Commune de 1871

Dernières modifications : 10/09/2017